Phytothérapie : quand le végétal nous soigne

Phytothérapie : quand le végétal nous soigne

Comments (0) Bon plan & Info, Santé

Se soigner par les plantes médicinales : état des lieux en France

Source : 60 millions de consommateurs, hors série n°191 Décembre 2017 / Janvier 2018

Longtemps étouffée sous le poids de l’industrie pharmaceutique et des molécules de synthèse, la phytothérapie ou médecine végétale – médecine ancestrale – connaît un retour en force, aussi bien chez les thérapeutes que chez les particuliers. En adéquation avec la demande, l’offre augmente constamment et il n’est pas toujours simple de trier l’information et de trouver des produits et des conseils de qualité.

Une étude TNS Sofres parue en 2011 indiquait que 63% des Français faisaient confiance à la phytothérapie et que 45% y avaient recours régulièrement, très souvent en prévention des maladies mais aussi en curatif ! Il est assez simple d’imaginer que ces chiffres aient  considérablement augmenté durant ces 6 dernières années.

Marché porteur, engouement pour les solutions naturelles, retour à une certaine naturalité, scandales de l’industrie Pharmaceutique ont engendré une augmentation considérable de l’offre et des enseignes. L’absence de diplôme reconnu d’herboriste (supprimé en 1941 sous le régime de Vichy) crée un flou réel quant à la qualité des conseils et des produits proposés.

 

Trouver un professionnel de la phytothérapie formé !

On ne le rappellera jamais assez, qui dit naturel ne dit pas forcément inoffensif ! Les plantes disposent de procédés actifs parfois très puissants, qui agissent à merveille dès lors qu’ils sont utilisés correctement et pour les bonnes pathologies mais qui peuvent s’avérer nocifs si ils sont mal associés.

A ce jour, selon Loic Bureau, directeur de l’institut de formation des acteurs de santé (Ifas), une cinquantaine de plantes font l’objet d’un consentement scientifique indubitable en Europe. Une bonne centaine d’autres plantes dispose d’un faisceau de preuves scientifiques favorables. D’après Jacques Fleurentin, pharmacien et ethnopharmacologue, dans 75% des cas, les études scientifiques confirment les indications thérapeutiques traditionnelles.

Pour jouir pleinement des bienfaits des plantes médicinales et éviter les risques, il est donc nécessaire d’une part d’opter pour un professionnel formé, dont le parcours et les diplômes sont accessibles et d’autre part d’opter pour des plantes et produits naturels disposant d’une réelle traçabilité. Les lieux et mode de culture, les techniques d’extraction et/ou de distillation ont une importance fondamentale quant à la qualité du produit fini et commercialisé. La encore, il est nécessaire de rappeler que le label BIO ne suffit pas à lui seul à garantir des produits de qualités !

 

Huiles essentielles : les différents labels

Différents labels et dénominations commerciales ont vocation à aider – en théorie – le consommateur à s’y retrouver en terme de qualité produit. Pour autant, la aussi, le flou persiste. Optez pour une huile essentielle chémotypée, 100% pure et naturelle !

Huile essentielle chémotypée

Le chémotype est la carte d’identité d’une huile essentielle ! Les composantes aromatiques d’une plante ne sont pas immuables. En fonction de son lieu de culture, une même plante peut sécréter des essences très différentes en fonction des éléments suivants : ensoleillement, climat, composition du sol, altitude …

Huile essentielle 100% pure et naturelle chémotypée

Sous cette dénomination, l’huile essentielle a été obtenue après une distillation intégrale de plantes botaniquement identifiées et récoltées au bon moment et au bon endroit ! Les plantes aromatiques distillées peuvent être issues de l’agriculture ou de la cueillette sauvage.

 

Les interactions entre les plantes médicinales

Que ce soit sous forme de plantes sèches (tisanes) ou sous forme d’huiles essentielles, les interactions entre les plantes (synergies) peuvent s’avérer particulièrement puissantes. De ce fait, elle permettent – dès lors qu’elles sont bien utilisées – d’obtenir des propriétés thérapeutiques décuplées. A l’inverse, mal indiquées ou mal mélangées, elles peuvent s’avérer nocives. La encore, prêtez une attention toute particulière aux choix d’un professionnel reconnu !

 

Plantes médicinales et respect de l’environnement

Face à l’engouement certain que connait la phytothérapie et l’ensemble des médecines naturelles, il devient indispensable de parler d’écologie et de respect de l’environnement !

L’intérêt grandissant pour les plantes médicinales et le marché que cela engendre agit sur les surfaces cultivées et le besoin de rendement.

Afin de minimiser l’impact sur les écosystèmes et pérenniser la culture de plantes médicinales de qualité,  il est nécessaire de sélectionner des produits provenant de producteurs engagés ! Le label bio (qui garantit des produits dont 95% des composants minimum sont cultivés sans pesticide), ne donne que peu d’information sur les démarches de développement durable engagé ou non par les producteurs. Un minimum de recherche de la part des consommateurs s’impose donc pour une consommation responsable. 

Allez, on se permet un conseil : soyez vigilant aux chartes de qualités des différentes marques afin de sélectionner des solutions naturelles de qualité, respectueuses des hommes et de l’environnement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *